L'actualité immobilière de l'agence ISP
29 juil

Comment emprunter à 70 ans pour acheter une maison en vente à Peynier ?

La remise des cls

Êtes-vous au courant qu’il est possible d’emprunter pour acheter une maison à 70 ans ? Évidemment, il faut être bien accompagné dans votre projet. Explication.
Primo-accession, opération d’achat revente, investissement… : les courtiers en crédit permettent chaque année à de très nombreuses familles de concrétiser leur rêve de propriété. Et ce, quelles que soient les situations, car, il ne faut pas se leurrer, certains dossiers s’avèrent parfois compliqués : grand âge, maladie, taux d’endettement significatif, achat hors frontière, non-résidents, divorces… « Notre statut de courtier et notre culture nous amènent à traiter toutes les demandes, même les plus complexes, commente Philippe Taboret, Directeur général adjoint de Cafpi. Pour y répondre, nos conseillers disposent de l’expertise et des solutions nécessaires. »

Alors si vous désirez emprunter pour acheter alors que vous êtes à la retraite, sachez que c’est possible, à l’image de Raymond, 70 ans, retraité et veuf qui a contacté un courtier. Il voulait emprunter pour acquérir un appartement pour aider sa fille, jusqu’à présent locataire (loyer de 1 000 €/mois) dans le sud de la France. Son propriétaire mettait en vente son appartement 200 000 € (85m² à Sainte-Maxime dans le Var). Incapable d’acheter, elle avait sollicité son père qui ne demandait qu’à l’aider. Ses revenus : retraite de 2 000 € net /mois auxquels s’ajoutent 5 000 € bruts mensuels de revenus fonciers provenant d’un petit immeuble situé en région parisienne, estimé 800 000 euros, dans lequel il réside. Raymond avait donc consulté plusieurs banques. Toutes lui avaient répondu la même chose : « vous êtes trop vieux pour emprunter et être assuré ». Il a donc décidé de faire appel à un courtier.
Il a ainsi pu obtenir son prêt de 230 000 euros à un taux de 2,10 %, avec une mensualité de 986 € hors assurances sur une durée de 25 ans. Il a pu également se passer de l’assurance emprunteur en proposant en garantie à la banque le petit immeuble dont il est propriétaire. Grâce à cela, Raymond a pu aider sa fille.

C.V. / Bazikpress © Richard Villalon

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée