L'actualité immobilière de l'agence ISP
24 Juin

L’optimisme est de retour sur l’immobilier à Peynier !

Vous désirez vendre votre maison à Peynier ? Excellent ! Le marché immobilier dans les Bouches-du-Rhône se porte mieux. Vous n’y croyez pas ? Voici un signe évocateur : le moral des agents immobiliers est bien meilleur. Ils ont même retrouvé le sourire. Il faut dire que c’est justifié : 68% d’entre eux ont atteint leur objectif commercial contre 58% fin 2014, soit une hausse de 10 points. Ils affichent donc un certain optimisme quant à l’avenir du marché du logement et anticipent les tendances de cette année. Selon eux, les prix dans l’ancien vont poursuivre leur baisse et se stabiliser dans le neuf.

Le marché s’est amélioré : les experts de l’immobilier sont nombreux à le penser

Quatre cents professionnels ont répondu et participé au deuxième baromètre Crédit Foncier/CSA*, réalisé du 23 mars au 2 avril 2015 auprès d’un échantillon représentatif. Ce baromètre est destiné à mesurer leur perception au cours des quatre derniers mois (pour cette édition, de janvier à avril 2015) et à recueillir leurs sentiments pour les douze prochains mois (mai 2015 à avril 2016). Et, signe encourageant, depuis la précédente enquête, les résultats ont beaucoup évolué : seuls 37% des professionnels interrogés considèrent que le marché s’est détérioré contre 61% fin 2014. 26% pensent même qu’il s’est amélioré contre 9% la fois dernière.

Et s’ils anticipent toujours une baisse des prix dans l’ancien (56%) et une stabilité dans le neuf (58%), 59% de professionnels se déclarent optimistes contre 46% fin 2014. La part de « plutôt optimistes » bondit à 56% tandis que celle des « très optimistes » est tout de même plus faible : 3%. La raison de cet élan positif tient à la baisse record des taux d’intérêt (87%), qui continue d’encourager les Français à investir dans la pierre, et à l’évolution des prix de l’immobilier (58%) qui permet à une meilleure accession à la propriété. Il y a toutefois quelques éléments qui, selon eux, constituent les principales raisons d’être pessimismes : le contexte économique morose (92%) et l’évolution du pouvoir d’achat des ménages (81%).

C.V. / Bazikpress © graphlight

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée