L'actualité immobilière de l'agence ISP
28 Juin

Après l’achat d’une maison en vente à Aix-en-Provence, quelles alternatives aux pesticides pour votre jardin ?

Dans une optique de conservation de l’environnement et de protection de la santé, la loi Labbé qui interdit l’usage de produits phytosanitaires comme le glyphosate a pris effet le 1er janvier 2019 pour les particuliers. Votée en 2014, elle prévoit une interdiction d’achat, d’usage et de détention de tous les produits phytosanitaires de synthèse pour les jardins, potagers, balcons, terrasses et plantes d’intérieur. Vous avez acheté une maison à Aix-en-Provence avec un grand jardin ? Le point pour vous aider à maîtriser ce changement de pratique.

Préférez l’entretien durable
On peut privilégier les plantes vivaces qui se renouvellent d’elles-mêmes et qui ne nécessitent pas autant d’efforts et de coûts d’entretien que celles à replanter annuellement. L’utilisation de paillage au pied des arbres et des massifs permet de maintenir la terre à une humidité constante, évitant ainsi la repousse d’herbes invasives. De plus, ce paillage se décompose en 2-3 ans et enrichit la terre comme un tapis de feuilles en forêt.

Le maintien des espaces verts nécessitera le double voire le triple en matière d’efforts, puisque les méthodes de substitution au glyphosate s’appuient principalement sur le travail manuel, comme le désherbage à la main. Certains propriétaires ont également opté pour le jardin à l’anglaise, avec un agencement et des formes irrégulières. À l’opposé du jardin à la française aussi bien esthétiquement que symboliquement, le jardin à l’anglaise est une option respectueuse de l’environnement et du portefeuille, puisqu’il permet d’espacer les fréquences de passage et de laisser le rythme naturel prendre le dessus.

Planter des plantes locales, au bon endroit selon l’exposition et la nature du sol – cultiver à proximité les unes des autres des plantes qui s’apportent des bénéfices mutuels – utiliser les plantes et les animaux auxiliaires pour lutter contre les maladies et les ravageurs – favoriser la biodiversité, alterner les cultures… représentent des solutions alternatives. Un jardin naturel et équilibré est un jardin plus résistant ! À noter : les produits de biocontrôle et ceux utisable en agriculture biologique ne sont pas concernés par la loi.

C.V. / Bazikpress © Adobe Stock

Article précédent


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée